Musicien, percussionniste professionnel, Luc Girardeau est spécialisé dans les percussions orientales (zarb/tombak, daf, udu, derbuka, etc). Il commence son apprentissage musical à l'âge de 6 ans, par la flûte à bec tout d'abord, puis par les percussions et la batterie au conservatoire municipal de Persan en banlieue parisienne. 

C'est à l'âge adulte, alors qu'il se forme en jazz et en percussions orientales à Nice qu'il découvre le tombak et débute sa formation auprès d'Ismael Robert, puis avec le maître Djamchid Chemirani qu'il rencontre quelques mois plus tard.
Après avoir vécu dans plusieurs régions, Luc s'installe en Gironde et son chemin croise celui de Pedram Khavar-Zamini avec qui il poursuit son apprentissage pendant un temps. 
Etudiant en parallèle le daf, le udu, le tar, le bendir, le riq,... Il intègre une formation de jazz ethnique, "l'Oeil" puis de nombreux groupes trad' (Zherdine, Faburden).

La fusion des genres étant depuis longtemps sa motivation musicale principale, il participe à divers projets (Decaedre suite, orchestre de jazz contemporain; NASA, sound painting ; Nafas, spectacle autour des poèmes perses,etc...). Il évolue également dans Azrâm, duo de nouvelle musique du monde dont la musique est inventée en live grâce à l'emploi d'instruments samplés  en direct.

Il rencontre les musiciens de Nostoc et intègre très vite leur démarche artistique et spirituelle.

Les influences musicales de Luc sont très éclectiques, allant de Fishbone à Stefan Micus en passant par Le Conscious Rap (Mike Ladd, Pharoahe Monch, Dead Prez), le Metal progressif (Tool), le jazz sous toutes ses formes (Anthony Braxton, John Coltrane) ou les musiques du monde (Hamza El-Din, Sussan Deyhim, Munir Bachir, etc...).

En 2012, Luc Girardeau se voit confier la création musicale des "Histoires Extraordinaires du Pêcheur et du Chat", projet de la Compagnie l'Aurore qui l'emmènera au Pérou pour servir la mise en scène de contes des Andes.  Après cette tournée, il consacre l'année suivante à la pédagogie en milieu carcéral, fait des apparitions au sein de groupes rock comme Araucane tout en enregistrant un deuxième album de Nostoc et posant même ses percussions sur le nouvel album du slammeur Souleymane Diamanka.

Il tourne et enregistre un album avec le joueur de oud Ziad Ben Youssef au sein du duo Luzia, et participe en 2014 à la création des "Contes des sages du désert", commande du festival des Rencontres Inattendues de Tournai en Belgique. Ce projet mixant les cultures occidentales et orientales part en tournée à l'automne 2015 en Tunisie. La même année il fait partie du commencement de l'aventure Glönk, collectif de musiciens qui très vite se voit plébiscité.

Formant avec Emmanuelle Troy un nouveau duo - Trans-Eurasiens - il entame avec elle la création d'un spectacle - carnet de voyage musical axé sur les musiques dites du monde : "Orient(s)" (co-production OARA, IDDAC, Ville de Bordeaux, Rocher de Palmer, Théâtre des 4 saisons).

Il participe à la création du nouveau projet franco-cambodgien de la compagnie l'Aurore "Un Oeil, Une Oreille", qui voit le jour à Pnomh Penh en 2016 et se produit depuis un peu partout en France. Enfin il co-fonde en 2016 avec Kalima Yafis Köh et Guillaume Dupuy le groupe Enola, qui fait des débuts remarqués au Chevrolet World Music Festival en Chine (https://enola2.bandcamp.com/releases).

Luc Girardeau intervient par ailleurs pédagogiquement, notamment en milieu carcéral, depuis plus de 10 ans, avec de nombreux projets différents.